Fumier de Cheval

Il y a quelques semaines, un cavalier et sa monture ont eu la délicatesse de me laisser un joli crottin juste devant la porte d’entrée.
Et oui, chez nous, les cavaliers se promènent sur les trottoirs !
Comme je partais travailler, je n’ai pas pris le temps de le ramasser. Mais en rentrant, Grand Chef s’est empressé de le ramasser et de le mettre de coté.

Je sais bien sur que le crottin de cheval est bon pour le jardin. Mais je n’avais aucune idée de son mode d’utilisation.
Virus, le chien de la maison, en a tout de suite trouvé une utilisation : il en a mangé une bonne partie….C’est l’inconvénient quand on a un chien végétarien !
Bon à part cette utilisation, que faire de ce beau crottin ?

Et puis, la semaine dernière, en faisant mes courses dans mon hyper habituel, je n’ai pas pu résister : j’ai craqué sur une promotion de fumier de cheval composté.
3 sac de 25kg pour moins de 10euros. Ca me paraissait intéressant !

Et en fin de semaine, un ami qui a un cheval, m’a ramené un grand sac de fumier de cheval frais.

Me voilà bien équipée en fumier de cheval, mais je ne savais toujours pas comment l’utiliser !
Alors quelques heures sur internet, site, forum….J’ai mal au crane mais je commence à me faire une idée !

Crottin de cheval

crottinPas facile de savoir comment utiliser le crottin de cheval pur (sans paille et sans urine).
Certains indiquent qu’il peut être utilisé dans l’état, alors que d’autres conseillent de le composter
Certains y réalisent des semis, d’autres conseillent de l’installer loin des plantes pour éviter les brulures
Certains conseillent de le dispersez soigneusement lors de l’épandage en surface. Cette opération est à réaliser au moment de la préparation du sol pour les cultures potagères, bien avant la plantation.
Ainsi installé avant les plantations, le crottin a le temps de se décomposer sans bruler les racines des plantes.
D’autres conseillent de l’utiliser en paillage au pied des fruitiers, pour butter les pommes de terres ou pailler les courgettes en été.
Difficile de s’y retrouver….

Ce qui est sur c’est qu’il se décompose très vite et qu’il est idéal pour alléger les terres argileuses du fait de sa composition.

Je crois que je vais essayer d’en mettre au potager, principalement là où j’installerai les cornichons et les courgettes ! En ce moment, il n’y a rien. Je ne risque pas de bruler mes plantations. Et on verra ! En espérant que mon chien ne mange pas tout …

Fumier de cheval frais

fumier fraisLe fumier de cheval frais ne peut pas être utilisé dans l’état. Il faut le composter de 6 à 9 mois.
Ensuite, il s’utilise comme du compost.

Pourquoi composter ?

Le fumier frais peut contenir des germes pathogènes ainsi que des graines d’adventices et aussi, sa décomposition nécessite une quantité d’azote importante.
Cet azote sera puisé dans la terre et ne sera donc plus disponible pour les plantations futures.

Comment composter ?

Pour le compostage, il est conseiller de le travailler en tas (pas trop gros car il peut prendre feu en gros tas) et de bien le remuer.
Si le fumier est vraiment sec, on peut y ajouter d’autres déchets verts. Ce qui améliore encore sa valeur fertilisante, notamment du coté du phosphore.

Autre utilisation

Le fumier frais non composté peut être utilisé dans la création de couches chaudes.
En effet, en se décomposant, le fumier de cheval chauffe et permet de démarrer les cultures précoces.
Dans ce cas, il faut une couche de 30-40cm de fumier, puis une couche de 15-20cm de terre et terreau.
La température varie suivant le type de couche, plus de 30°C au début du compostage ( voir 70°C du 7 au 10ème jour), entre 12 et 20°C suivant le mélange effectué sur le fumier.
Plus on y met de feuille, plus le compostage dure mais la température monte moins.
Par contre, il faut attendre que la température redescende vers 25°C pour y faire les semis.

Pour ma part, je crois que je vais le composter. Je pourrais donc l’utiliser au jardin l’année prochaine.

Fumier de cheval composté

fumier compostéLe fumier de cheval composté s’utilise en l’état.

Au printemps, on peut utiliser le fumier composté comme paillage régénérant, notamment pour les rosiers, fruitiers, tomates, melons, courges et autres cucurbitacées.

Par contre, je n’ai pas trouvé d’information sur la quantité à disposer auprès des plantes.

Je pense que je vais faire un bon paillis autour des rosiers. D’ici un mois ou deux, je grifferai pour l’incorporer au sol. On verra si mes rosiers apprécient !
Pour le potager, je vais en épandre une bonne couche maintenant. Et j’en remettrai surement autour des courgettes et tomates quand je les mettrais en place.

Et vous, utilisez-vous le fumier de cheval ? Et comment ?

Ca m’intéresse !

10 Commentaires pour “Fumier de Cheval”

  • Pas de fumier de cheval, du moins pas pour l’instant. Chaque fumier a ses particularités, tu as du le voir sur le net. Au vu de ma terre argilo-calcaire lourde, collante, je mets du fumier de mouton, le « migou », qui est le plus adapté en matière de composition chimique et qui me permet chaque année d’améliorer ma terre.
    Le migou est moins « chaud » que le fumier de cheval et donc je me permets de l’utiliser plus rapidement, après tout de même l’avoir composté 6 mois. Je le répands de partout dans le jardin, les plantes sont plus vigoureuses et surtout j’ai moins de maladies.
    Bises Karine

  • Karine dit :

    Bonjour Sabina, Merci pour ton retour d’expérience.
    Ici, c’est pas trop la région des moutons…Mais je comprends que chez toi, ce soit plus courant.
    En fait, j’ai un peu la même terre que toi avec le calcaire en moi : de l’argile bien collante. Je pense aussi que l’ajout de fumier devrait surtout améliorer la texture de la terre et nourrir un peu ma terre. A suivre donc… Bises et bonne journée

  • Je me pose tout à fait les mêmes questions que toi… Pour le moment, je n’ai pas la matière sous la main mais je pense que j’en aurais composté une bonne partie et recouvert les futures parcelles destinées au potager avec le reste…
    J’ai ris car quand je me suis connectée à facebook avec mon assiette sous le nez afin de manger moins seule, la page s’est ouverte sur la « belle assiette » de crottin c’était un peu dégueu !! C’est la première image que j’ai vu et bizarrement j’ai revu mes quantités de nourriture à la baisse !! Pouark.
    Gros bisous je repars au taf, bonne journée.

  • Vu que je ne connais ni cavalier, ni berger, j’achète des sacs de fumier de cheval prêt à l’emploi. Tu connais la blague de la blonde et de la brune ?
    la blonde : « Oh, t’as vu là-bas ? y a des chevals »
    la brune : « Mais non, c’est pas des chevals, c’est des chevaux »
    la blonde : « ah ben de loin, j’aurais juré que c’était des chevals »
    Gros bisous Karine !

  • Karine dit :

    Bonjour Melle Brindille, Et oui, pas évident de savoir comment utiliser cette richesse. Je vais faire ma raisonnable : le fumier frais va être composté et le fumier composté va être épandu un peu partout sur les massifs. On fera le bilan en fin d’année !
    Je suis désolée de t’avoir coupé l’appétit ! Bon, tu as eu de la chance, j’aurais pu faire un article sur le fumier de vache et là tu aurais été face à une belle bouse :-) Bises et bonne journée

  • Karine dit :

    Bonjour Aline, Et tu en fais quoi de ton fumier prêt à l’emploi ?
    Merci pour la petite blague, ça met de bonne humeur le matin….Bises et bonne journée

  • Lys blanc dit :

    Oh Karine, sans newsletter je rate plein de posts! Heureusement que tu passes par chez moi ( oui, je pleurniche pour t’attendrir)
    J’ai souvent des cavaliers qui passent devant chez moi, j’ai bien ma crotte toutes les semaines devant mon portail mais beurk, j’attends que la pluie et les voitures me virent tout ça. Il faut que je dédie une pelle exprès pour ça …en fait je ne savais pas trop quoi en faire. Je crois que j’irai le composter. J’ai une terre lourde argileuse et un peu calcaire mais vu que j’ai la matière première à ma porte…
    Je crois que je vais faire comme toi et acheter un sac de fumier décomposé pour le potager au moins. Je me demande s’il n’est pas un peu tard en fait…
    Je te fais de gros bisous ( ah, et tu en mets au pieds de tes fruitiers? Je me demande si je mets ail ou fumier…)

  • Karine dit :

    Bonjour Lys Blanc,
    Et non, toujours pas de Newsletter. Mais tu peux t’abonner au flux rss (en bas de la page) ou sinon tu peux aussi t’abonner à ma page facebook Blond66 (en haut à droite): en général, je fais référence aux nouveaux articles !
    Pour le crottin, ca ne me gêne pas : je pourrais le ramasser à la main, je ne trouve pas ça sale ! Mais je comprends que tout le monde ne soit pas de cet avis !
    Pour le fumier composté, à priori, on peut même l’utiliser comme paillage donc après plantation. Sinon, effectivement il vaudrait mieux le mettre à l’automne pour que les petites bêtes aient le temps de l’intégrer à la terre. Bon, cet automne, j’avais épandu un bonne couche de compost.
    Pour les fruitiers, je vais en mettre au pied des fraises, framboises et pêcher. L’ail a plus un effet répulsif. Mais je ne suis pas sure que l’ail aime les terres riches, comme l’oignon. A vérifier ! Bises et bonne journée

  • Malo dit :

    Ce sont des questions que je me suis posées aussi et tes recherches me sont très utiles! Merci d’avoir fait ce travail à ma place :D :D :D
    J’ai déjà mis du fumier frais sur les massifs en automne, sans qu’il ne touche des branches directement de peur que ça les brûle. Ca n’avait pas fait de mal en tout cas :)
    Si j’ai à nouveau l’occasion d’aller en chercher un petit peu, je le mettrais au compost je pense et aussi au potager…

  • Karine dit :

    Bonjour Malo, Tout le plaisir est pour moi ! ! ! Finalement, on arrive au même conclusion. Bon, maintenant, j’attends la semaine prochaine pour pouvoir mettre en place. Pourvu que le temps soit avec moi ! Bises et bonne journée

Blond66 sur FB

Commentaires récents
Archives
  • 2019 (7)
  • +2018 (13)
  • +2017 (16)
  • +2016 (24)
  • +2015 (24)
  • +2014 (29)
  • +2013 (30)
  • +2012 (22)
  • +2011 (28)
  • +2010 (41)
  • +2009 (37)
Catégories
Blog au Naturel